Heikin Ashi

En japonais, « Heikin Ashi » signifie « bar moyen ». Ce nom est parfaitement exact, car les bars Heikin Ashi retraitent les informations d’une séance (plus haut, plus bas, ouverture et clôture) afin de créer un indicateur technique de prix mettant en évidence les swings du marché. Etant basées uniquement sur les cours de deux bars, la réactivité et la précision de l’indicateur Heikin Ashi sont exceptionnelles.

Source : WalMaster XE – Graphique du CAC40 en chandeliers (en haut) japonais et Hein Ashi (en bas) en périodicité journalière

Méthode de calcul

Dans l’indicateur Heikin Ashi, le cours d’ouverture de chaque chandelier représente le milieu du chandelier précédant. C’est donc un point d’équilibre à partir duquel les acheteurs et les vendeurs vont se livrer à une bataille sans merci.

Le résultat de cette bataille est le cours de clôture, qui dans la représentation Heikin Ashi est le prix moyen du bar. Naturellement, si le cours de clôture est au-dessus de cours d’ouverture, c’est la victoire des acheteurs, le chandelier est vert. Plus le corps du chandelier est grand et plus la victoire des acheteurs est écrasante.

Inversement, la clôture en dessous de la ligne d’équilibre met en évidence la force des vendeurs. Le chandelier est rouge.

Tout le génie de cette représentation est donc de partir à chaque fois d’un point d’équilibre, pour constater en fin de séance la victoire incontestable des acheteurs ou des vendeurs.

De plus, afin d’éviter les gaps (trous de cotation), la méthode Heikin Achi utilise également une méthode particulière afin de calculer les niveaux, plus bas et plus hauts, de chaque séance.

– Ha Haut = maximum de (Plus Haut, Ha ouverture, Ha clôture).
– Ha Bas = minimum (Plus Bars, Ha ouverture, Ha clôture)

Ainsi en cas de gap haussier, ce n’est pas un réel plus bas qui va être pris comme cours de référence, mais bien le milieu du chandelier précédent. On obtient ainsi une représentation très claire et lisse de chaque swing du marché.

 

 

 

 

Vous pouvez être interessé

A propos de l'auteur: Ilia Gontcharov

1 Comment

Laisser un commentaire